lundi 5 février 2007

Nairobi

La route de l'aéroport est une grande avenue bordée de champs au milieu de nulle part. On est en campagne. Durant les premiers kilomètres, rien ou presque n'indique que nous sommes à proximité de la première ville du Kenya. C'est là que j'ai ma première vision du Kenya... un pays qui marche. En effet, en dépit de l'absence de constructions proches, des dizaines de personnes marchent sur le bas coté de la route. 

matatus
Matatus

D'autres arrivent de chemins semblant mener nulle part, venant grossir le nombre des marcheurs. A mesure que nous approchons de Nairobi, la densité de piétons et de voitures augmente.

nairobi
Embouteillages à Nairobi

Des minibus, les « matatus », circulent en tous sens, montant parfois sur le bas côté pour remonter une file de voitures, soulevant à l'occasion un épais nuage de poussière, ou s'arrêtant simplement pour permettre à quelques passagers de descendre, passagers bientôt remplacés par d'autres, venant s'entasser à leur tour dans le matatu bondé. Nous voilà bientôt pris dans un gigantesque embouteillage.

Il nous faudra plus d'une heure pour en sortir, ce qui nous donnera tout le loisir d'appréhender la pollution suffocante de la ville et d'admirer les pigeons locaux : des marabouts, sortes de cigognes d'Afrique, juchés dans les arbres, principalement à proximité des marchés.

Posté par fleg à 12:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Nairobi

Nouveau commentaire