lundi 5 février 2007

Aéroport

Nairobi, 5 heures du matin. Nous sortons de l'avion après huit heures de vol. Même si nous n'avons pas vraiment dormi, entre les bruits de chasse d'eau et les genoux grippés, nous ne nous sentons pas trop fatigués ; excités plutôt par l'aventure qui commence.

Une centaine de passagers est descendu avec nous, le reste re-décollant pour Mombasa dans une heure. Nous jouons de nouveau au jeu de « quels seront nos compagnons, lesquels choisirs, lesquels éviter ». Au contrôle des passeports, un petit couple devant nous, la trentaine. On nous indique qu'un autre guichet est ouvert, plus loin. Nous sommes invités à nous y rendre. A priori, j'ai plutôt un bon feeling pour le petit couple. Alex non : elle a remarqué qu'ils s'étaient précipités pour arriver les premiers au guichet.

Nous attendons les bagages qui tardent quelque peu à arriver. Il faut dire qu'à cette heure matinale, il n'y a pas beaucoup de personnel dans l'aéroport. Derrière moi, un petit homme grassouillet, la soixantaine avancée, légèrement chauve, m'est d'emblée antipathique. Il n'arrête pas de bouger, me bouscule presque pour regarder si les bagages arrivent alors que le tapis n'a pas pas encore démarré, il soupire, s'agite, grogne... Cette fois, Alex partage mon sentiment : à éviter !

Dehors, trois minibus nous attendent. Des Nissans pouvant accueillir chacun 8 passagers. Un couple nous rejoint. Lui grand et maigre, elle plus petite et ronde : Laurel et Hardy ! Ils engagent la conversation en nous demandant si nous avons changé de l'argent. Nous répondons par l'affirmative. Eux nous expliquent qu'ils ont lu dans un guide que l'on pouvait payer en euros et qu'ils comptent donc utiliser cette monnaie pour régler l'intégralité de leurs dépenses au Kenya [sic] !

L'un des chauffeurs nous dit de regarder les feuilles affichées sur chaque bus, où sont indiquées les noms des passagers. Nous ne pourrons donc pas choisir nos compagnons de voyage...  Nous sommes dans le bus n° 3, Laurel et hardy dans le bus n° 2. Peu à peu les gens arrivent : le petit couple pressé de la douane d'abord (bus n°1), puis un autre couple, lui la soixantaine, elle à peine la quarantaine. Ils seront dans notre bus.

Débarque alors une colonie de portugais agités et bruyants. Ils sont dix ! Ils devront donc se répartir dans deux bus : 4 avec nous et 6 avec Laurel et Hardy. Par chance, le petit gros nerveux du tapis à bagages n'est pas avec nous.

Des trois chauffeurs/guides qui nous accompagneront pendant toute la durée du voyage, le notre est le plus réservé, presque froid et distant, quand les autres semblent joviaux et avenants. J'en fais la remarque à Alex, suggérant que nous avons sans doute le chauffeur le moins sympa des trois. Elle me réponds que cela ne veux rien dire et qu'il faudra voir « à l'usage »... Encore une fois, c'est elle qui a raison : Peter (Kabouzi), c'est son nom, s'il n'est effectivement pas le plus sympathique, se révélera le meilleur chauffeur et sans doute le guide le plus compétent.

Le jour se lève. Nous quittons l'aéroport. Première surprise, au loin, dans un champ, entre les arbre, une girafe ! Direction Nairobi que nous devons traverser pour rejoindre la route de Masaï-Mara.

Posté par fleg à 10:42 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Aéroport

    J' adore les voyages!

    On y croise une girafe et...Laurel & Hardy...

    Posté par Cécile, jeudi 1 mars 2007 à 13:39 | | Répondre
  • Ca y est, je me suis mis a lire tranquillement
    (il n'y a qu'au boulot ou on est tranquille )

    Exercice difficile dans lequel tu te lances: le blog de vacances.
    Eh bien mon poteau, tu ecris bien et j'ai envie de lire la suite. Tu as privilegie le cote "petits details bien observes" ca me rappelle un certain Benabar que nous ecoutames a l'iap il y a quelque.
    Je me rappelle grace a toi des voyages passes, avec tous les bons moments, les ridicules aussi.

    Posté par Stef, lundi 12 mars 2007 à 11:33 | | Répondre
Nouveau commentaire